28/01/2017 09:59 GMT+7 Email Print Like 0

Le «poulet sacré» du village de Lac Thô

Le village de Lac Thô, au bourg de Hô, district de Thuân Thành, province de Bac Ninh, à 30 km de Hanoi, est réputé pour sa race de poulet Hô, véritable «poulet sacré», qui était offert, sous le régime féodal, au roi et dessiné sur les estampes populaires de Dông Hô comme symbole de la richesse.


Au village de Lac Thô, les habitants considèrent les poulets Hô comme un poulet sacré, une offrande et un met incontournables sur l’autel des ancêtres pendant les journées du Têt ou les festivités.
Actuellement, la multiplication de l'élevage au village Lac Thô ouvre une voie de développement économique rentable aux locaux. Depuis plus de 600 ans,  les poulets Hô sont réputés dans tout le Nord pour leur grande taille, grande tête, double crête, chair rouge au cou, écailles des pattes de couleur jaune argentée, queue recourbée en forme de carafe.

Selon Nguyên Dang Chung, président du Club des poulets Hô à Lac Thô, «Le poulet Hô est une race appréciée surtout pour son plumage de couleur noire et bordeaux. A quoi s’ajoutent son allure majestueuse, son chant caverneux, sa chair savoureuse et parfumée contenant plusieurs éléments bénéfiques pour la santé humaine».



En 2010, le projet «Fonds de l’environnement global» du programme onusien pour l’environnement
de l’ONU – Institut international de recherche sur l’élevage (ILRI) a fait des enquêtes et  soutenu le club
des poulets Hô de Lac Thô via l’octroi de  moyens techniques pour la création de poulaillers aux normes.



En 2012, l’Ecole supérieure de l’Agronomie No 1 de Hanoi a mis en œuvre un projet de développement et
de préservation de la race du poulet Hô, avec la remise à titre d’aide de poulaillers et vaccins à chaque éleveur.



La multiplication du poulet Hôi est divisée en plusieurs étapes  et exige à l’éleveur une attention particulière,
ce pour préserver la race pure des poulets Hô. 



Les poulaillers dédiés aux poussins doivent être propres et aérés en été et doucement réchauffés l’hiver.


Alimentation uniquement avec des produits agricoles naturels : son de riz, riz, maïs, légumes….
pour une chair rouge, ferme et savoureuse.



Les poulets Hô de Lac Thô sont nourris  en liberté dans le jardin, les plantes les protégeant du soleil et de la pluie.


La queue recourbée en forme de carafe est un des traits typiques du poulet Hô.


Nguyên Dang Chung, président du club des poulets Hô de Lac Thô, vaccine régulièrement des poulets.


Les poulets Hô sont réputés dans tout le Nord pour leur grande taille, grande tête, double crête, chair rouge au cou,
  écailles des pattes de couleur jaune argentée, queue recourbée en forme de carafe.



Un coq Hô adulte atteint un poids de 5 à 6 kg, et se vend à l’occasion du Têt de 500.000 à 600.000 dongs le kilo.


Le poulet Hô, qui existe au village éponyme depuis plus de 600 ans, est considéré comme un «poulet sacré».

Fin 2016, à l’occasion du Têt du Coq, le village de Lac Thô a vendu plus de 2.000 poulets Hô, à des prix variant selon  le poids de l’animal. Ceux de 5 kg et plus se vendent de 500.000-600.000 dongs le kilo.
Le village de Lac Thô à la fin de l’année lunaire connaît une  certaine effervescence, car ce gallinacé est un cadeau apprécié».

Selon M. Nguyên Dang Chung, le village compte une centaine de foyers éleveurs, soit un cheptel compris entre 1.500 et 2.000  têtes. «Les poulets Hô sont élevés en toute liberté  et ne sont alimentés qu’avec riz, maïs, son de riz, légumes, sans nourriture industrielle, ce qui leur donne une viande ferme et savoureuse », a confié Nguyên Van Truong, éleveur de plus de 200 têtes.

En outre, les poulaillers sont aux normes de l’Institut d’élevage, avec une hauteur standard de 2,5 à 3,5m et une base de 30 à 50 cm, ce qui assure aux poulets suffisamment de chaleur en hiver et de fraîcheur en été. Les poulaillers sont équipés l’hiver de lampes pour bien réchauffer les poussins.

Faute de longues pattes, les femelles ont dû mal à couvrir les œufs et les éleveurs doivent s’équiper d`incubateurs.  Les poulets sont croisés entre eux au village pour préserver la race pure. Cette race rare, symbole de richesse et de prospérité, est un cadeau de choix à l’occasion du Têt traditionnel. «Quand le Têt arrive,  la demande dépasse de loin l’offre», a confié  Nguyên Van Chung, président du club des poulets Hô de Lac Thô./. 





Fin 2016, à l’occasion du Têt du Coq, le village de Lac Thô a vendu plus de 2.000 poulets Hô, à des prix variant selon  le poids de l’animal. Ceux de 5 kg et plus se vendent de 500.000-600.000 dongs le kilo.

 
Texte:  Thuc Hiên – Photos:  Khanh Long