18/04/2017 09:35 GMT+7 Email Print Like 0

Le chapeau conique de la commune de Ngoc My

La fabrication du chapeau conique est l’un des métiers artisanaux de la commune de Ngoc My (district de Quôc Oai, Hanoï). Transmise de génération en génération, elle apporte des revenus stables aux habitants locaux.
Grâce aux conseils des habitants de la commune de Ngoc My, nous sommes allés chez Mme Dô Thi Chi, une famille engagée dans ce métier depuis des générations. Ses parents lui ont appris à faire des chapeaux coniques à l’âge de 10 ans. Elle a confié qu’elle ne savait pas depuis quand son village exerçait ce métier. Comme elle, la plupart des enfants du village ont appris très tôt à faire des chapeaux coniques.

Pour fabriquer un beau chapeau conique, il faut d’abord bien sélectionner les feuilles de roseau à balais acheminées depuis Phu Tho et Thai Nguyên, puis les faire sécher sous le soleil. Les tiges de bambou sont coupées dans le sens de la longueur pour faire l’armature. Les feuilles de roseau doivent être repassées avant d’être cousues sur les cerceaux, qui s’achètent au village Chuông (district de Thanh Oai, Hanoï).

Les feuilles sont cousues avec des fils de bambou ou de nylon sur les cerceaux de bambou. Pour coudre le chapeau conique, l’artisan doit faire preuve de dextérité sous peine de le déchirer.


Les matières premières utilisées pour la production des chapeaux coniques se vendent au marché de Chuông.


Les feuilles de roseau à balais, qui viennent de Phu Tho et Thai Nguyên, sont mises à sécher au soleil.


Les tiges de bambou sont coupées dans le sens de la longueur pour faire l’armature.


Taille du bord du chapeau conique.


Sur le cerceau, qui s’achète au village de Chuông (district de Thanh Oai, Hanoï), on place  des anneaux de bambou.


Puis l’artisan place les feuilles de roseau dans le cerceau avant de les coudre.


L’artisan doit faire preuve de dextérité sous peine de  déchirer les feuilles.


Dernière étape dans la production du chapeau conique


Un foyer exerçant ce métier dans la commune de Ngoc My.


Un artisan peut produire 2 ou 3 chapeaux coniques par jour.


Ces chapeaux coniques se vendent bien dans les régions voisines ou lors de la fête  du village de Chuông.
 

Selon Vuong Thi Xuân, qui a plus de 20 ans d’expérience dans la fabrication des chapeaux coniques, les villageois exercent cet artisanat pendant leurs temps libres et ce métier est transmis de génération en génération.  

Pour faire la mentonnière du chapeau conique on utilise des fils de soie et de laine colorés.

Selon Nguyên Manh Han, le prix d’un chapeau conique  varie de 16.000 à 60.000 dongs. On distingue deux gammes: l’une de qualité supérieure pour le marché national et l’autre, de qualité moyenne, pour l’exportation vers la Chine. Un artisan peut produire chaque jour 2 ou 3 chapeaux coniques. Chaque foyer gagne environ 180-200 millions de dongs par an./.
 
Texte : Ngân Hà – Photos : Công Dat