11/09/2017 16:10 GMT+7 Email Print Like 0

Le «ban nguyêt », une arme spéciale de l’école Nam Tông

L’école Nam Tông de Hô Chi Minh-Ville est une école d’arts martiaux proposent  des armes et des techniques originales, dont celles avec l’arme «ban nguyêt» («arme en croissant»), qu’elle a héritée du feu maître Tam Kien.
L’arme  «ban nguyêt » a la forme d’une lance en bois de 165-170 cm de long, avec à son extrémité une pointe de fer en forme de faucille, à la pointe bien aiguisée. Il y a plus de 50 ans, l’arme «ban nguyêt » de l’école Nam Tong était fabriquée, par commande du feu maître Tam Kien, en bois précieux et la pointe en fer forgé.
    

L’arme «ban nguyêt» se compose d’un manche  en bois et d’une pointe en fer en forme de faucille.


Une attaque avec saut.


Le maître Quan Vân Triêu exécute  une technique avec l’arme «ban nguyêt». 


Une position d’auto-défense avec l’arme «ban nguyêt».


Une attaque avec l’arme «ban nguyêt». 


Frappe de bas en haut au moyen de l’arme «ban nguyêt». 


Une technique d’attaque de l’adversaire avec l’arme «ban nguyêt». 


Frappe de bas en haut au moyen de l’arme «ban nguyêt». 

L’école Nam Tông, inspirée de l’école d’arts martiaux chinoise Bach Hac, s’implanta au Vietnam puis fut transformée par le maître Tam Kien qui fonda l’école Nam Tông. Celle-ci apparut au milieu du 20e  siècle à Sai Gon (actuelle Hô Chi Minh-Ville) et attira, à cette époque, un grand nombre de disciples, parmi lesquels  un jeune homme de 15 ans, Quan Vân Triều, devenu depuis le grand maître de l’école.

La leçon à l’arme « ban nguyêt » n’est transmise qu’aux entraîneurs,  maîtres et disciples de l’école Nam Tong.  Le guerrier peut tenir l’arme à deux mains pour frapper l’adversaire de haut en bas, ou attaquer son cou à l’horizontal.

L’arme «ban nguyêt», forte de sa longueur et sa flexibilité de  maniement, permet au pratiquant  de protéger tout son corps, de haut en bas, d’attaquer et de se défendre, à gauche comme à droite. Elle sert ainsi de bouclier. Elle est capable de venir à bout d’autres armes telles que lance, bâton, épée, couteau….

Quan Vân Triều a reçu de son maître Tam Kien tous les secrets de l’école, particulièrement la technique avec l’arme «ban nguyêt». C’est le  seul qui peut pratiquer à la perfection les techniques propres à cette  arme, et ce malgré ses 68 ans.
  
Le maître Quan Vân Trieu a atteint le 7e grade de la Fédérations des arts martiaux traditionnels du Vietnam. Il  compte transmettre la quintessence des techniques avec l’arme «ban nguyêt» à Dương Quôc Cuong, qui est le meilleur de ses élèves dans la pratique du song thiêt, une autre arme emblématique de l’école Nam Tông . /.



L’arme «ban nguyêt» peut venir à bout de plusieurs armes telles que lance, bâton, épée, couteau….


Le pratiquant utilise l’arme «ban nguyêt» pour parer les coups de son adversaire.


Deux pratiquants avec comme armes l’arme «ban nguyêt» et un couteau.

         Esquive et neutralisation des coups de couteau au moyen de l’arme «ban nguyêt». 

Texte: Son Nghia- Photos: Thông Hai