31/10/2014 07:33 GMT+7 Email Print Like 0

Le "bai choi" sur le chemin d'une reconnaissance par l'UNESCO

Un symposium sur le bai choi (un art traditionnel du Centre alliant chant et jeu) de la province de Quang Nam (Centre) a eu lieu mercredi 29 octobre dans la ville de Tam Ky.


Organisé par le Service provincial de la culture, des sports et du tourisme de Quang Nam et l'Institut de musique (Académie nationale de musique), cet événement vise à examiner la situation et les caractéristiques du "bai choi", et à préparer l'élaboration d'un dossier soumis à l'UNESCO en vue de sa reconnaissance en tant que patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.


Le "bai choi" est une sorte de jeu de bingo vietnamien accompagné de musique folklorique traditionnelle qui est pratiqué dans 11 villes et provinces du Centre. Ce jeu traditionnel témoigne de la diversité culturelle et de la créativité des différentes générations du Centre. A Quang Nam, l'origine du "bai choi" est les airs de Xuân nu, Xàng xê, Cô ban et Ho quang.


Lors de ce symphosium, les délégués ont discuté de l'histoire, des arts folkloriques et de la musique du "bai choi". Ils ont également examiné la situation de ce jeu traditionnel dans les localités pour élaborer des programmes de valorisation.


Depuis 2012, le gouvernement et le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme ont décidé d'élaborer un dossier sur "Le jeu folklorique bai choi du Centre du Vietnam" dans le but de sa reconnaissance en tant que patrimoine culturel immatériel du monde, a précisé le docteur Nguyen Binh Dinh, directeur de l'Institut de musique.


Selon de nombreux documents, l'origine du "bai choi" ou "air des distributeurs de cartes", remonte à la fin du 18e-début du 19e siècle. Il était alors cantonné aux localités du littoral du Centre (de Quang Binh à Binh Thuan, non compris les Hauts Plateaux du Centre).


La tradition veut qu’un groupe de cinq ou six joueurs s’installe dans une cabane, mais aujourd’hui, pour favoriser l’interaction entre les joueurs et les meneurs du jeu, les cabanes ne sont plus montées. Au début du spectacle, l’un des chanteurs, ces derniers étant les meneurs de jeu, distribue aux joueurs trois plaquettes de bambou sur lesquelles sont gravées des figures d’hommes, d’objet ou d’animaux. Chacune des plaquettes correspond à un chant particulier. Le meneur de jeu entonne un chant.


Il suffit alors au joueur de tendre l’oreille et de donner un coup de cloche de bois si le chant qu’il entend correspond à l’image de sa plaquette. Si l’air est le bon, le meneur lui donne un drapeau jaune. Le chant reprend jusqu’à ce l’un des joueurs obtienne le plus de drapeaux.


Ce jeu, très drôle, simple et dynamique, passionne tout l’auditoire. Les airs interprétés prônent le patriotisme, les sentiments filiaux, les qualités morales et critiquent les fléaux sociaux, les mœurs et coutumes arriérés. Souvent, les chanteurs improvisent. -VNA/VI
Articles Déjà publiés