19/12/2014 10:10 GMT+7 Email Print Like 0

La vie religieuse vraie et animée au Vietnam

En 2014, le Vietnam a été élu au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies avec le plus grand nombre de voix (184/192). Cela montre la reconnaissance par la communauté internationale des efforts et des réalisations du pays pour assurer les droits humains dans tous les domaines, religieux compris. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à se rendre à Bùi Chu, Ea Tul, Trà Vinh et dans bien d’autres endroits du Vietnam.
Nouvelle vie dans le diocèse de Bùi Chu

Le diocèse de Bùi Chu, district de Xuân Truong, province de Nam Dinh, est associé à de nombreux événements importants relatifs à la création et au développement du catholicisme au Vietnam.

La cathédrale de Bùi Chu, dans la commune de Xuân Ngoc, a été inaugurée en 1885. C’est une vieille et grande église d'architecture occidentale où sont organisées les messes, avec environ 1800 paroissiens.

Sœur Nguyên Thi Lan nous a emmenés visiter l'église. « A l'heure actuelle, l'église a plus de 100 nonnes. Après la prière, toutes font un travail différent, dont culture du riz et des plantes médicinales pour traiter des malades de la région, gagner de l'argent pour les orphelins et enfants handicapés de l'orphelinat Sainte-Anne », a-t-elle confié.
 

Les paroissiens du diocèse de Bùi Chu assistant à la messe à l'église de Phu Nhai
(commune de Xuân Phuong, district de Xuân Truong, province de Nam Dinh). Photo: Viêt Cuong


Les paroissiens de Bùi Chu vont à l’église de Trung Linh pour assister à la messe dominicale.
Photo: Viêt Cuong


La messe du dimanche à l'église de Phu Nhaï, diocèse de Bùi Chu - Nam Dinh. Photo: Viêt Cuong


Le prêtre Nguyên Duc Giang lors de la cérémonie de mariage d’un jeune couple
à la cathédrale de Bùi Chu. Photo: Viêt Cuong


Une cérémonie de baptême à l'église Linh Trung, diocèse de Bùi Chu. Photo: Viêt Cuong
 
«
     Le diocèse Bùi Chu est le plus petit des 26 diocèses de l'Eglise catholique au Vietnam (environ 1.350 km2). Six districts de la province de Nam Dinh, mais plus de 400.000 paroissiens, un nombre assez élevé, soit 34% de la population. Parmi eux 84% vivent de l'agriculture et 11% du commerce et des services...
»
Nous avons eu la chance d'assister à un mariage à la cathédrale de Bùi Chu. A la lumière des bougies, le jeune couple a procédé à l’échange des alliances représentant la fidélité, en présence du Père Nguyên Duc Giang. Nous avons partagé leur bonheur.

Comme beaucoup d'autres zones rurales, le diocèse de Bùi Chu était autrefois une région rurale pauvre et les paroissiens vivaient principalement de l'agriculture. Ces dernières années, grâce à l'assistance des autorités de différents niveaux, les paroissiens ont emprunté de l'argent pour développer la production et changer de profession, de sorte que le nombre d'entreprises et d'usines n’a cessé de croître.

Selon Trân Van Truong, un paroissien du hameau 6, commune de Xuân Tiên, district de Xuân Truong, une fois diplômé de la Faculté de la Mécanique de l'Université des Transports, il a ouvert un atelier de lames de scie. Maintenant son atelier compte plus de 20 ouvriers qui gagnent 6 millions de dôngs/mois. Pour accroître la production, Truong a acheté 20 machines de découpe CNC, dont chacune coûte environ 200 millions de dôngs.

Prenant congé de Truong, nous sommes allés dans la commune de Xuân Phuong, district de Xuân Truong, pour assister à une cérémonie de procession à la basilique de Phu Nhai. Cette fête des catholiques montrent leur respect envers leurs ancêtres.

Selon Pham Công Chinh, chef du Comité exécutif de la paroisse de Phu Nhai, ce jour-là, les catholiques qui travaillent loin sont de retour pour participer à la célébration. Cette année, ils sont des milliers à assisté à l'événement. Tous sont heureux et excité parce que la cérémonie est plus grande que celle de l'année précédente et ils ont vu des changements dans leur terre natale.

La vie religieuse à Ea Tul

Par un matin de novembre dans le Tây Nguyên (Hauts Plateaux du Centre), le temps était extrêmement frais. Quand les premiers rayons de l'aube sont apparus derrière la montagne Cu M'gar, les gens de la commune d’Ea Tul, district de Cu M'gar, province de Dak Lak, ont afflué à l'église protestante. Pour les plus de 3000 protestants d’ethnie Edé, la messe du premier dimanche de novembre est la plus importante.

À 08h30, la messe a commencé avec un chant de filles Edé en costumes traditionnels. Le Pasteur Y Ky Eban nous a dit à voix basse: « Les chanteurs portent les vêtements de leur ethnie pour promouvoir la culture ethnique et montrer que les croyants, indépendamment de leurs apparences, chanter les hymnes avec respect et dévotion envers Dieu ».
 

Plus de 3.000 protestants de la commune d’EaTul assistant à la messe
le premier dimanche de novembre. Photo: Tât Son


Rite de distribution du pain bénit aux protestants. Photo: Tât Son


Une classe d’enseignement de la Bible pour les enfants de 7à 9 ans à l'église d’EaTul. Photo: Tât Son


Classe de chants religieux pour les enfants d’EaTul, organisée par l'Union de la jeunesse
de la commune chaque dimanche matin. Photo: Tât Son


Les protestants d’EaTul développent la culture de l’hévéa. Photo: Tât Son


Selon Elder H Hwing, 81 ans, les autorités locales aident les Edé à préserver et développer
le tissage traditionnel. Photo: Tât Son


Y Ho Nie sèche du café dans sa cour. Photo: Tât Son


Au poste sanitaire de la commune d’EaTul. Photo: Tât Son

Le Pasteur Y Ky Eban dirige l'Association protestante d’Ea Tul depuis près de 10 ans. Toutes les familles ayant des problèmes et des désaccords avec leurs voisins viennent le voir pour avoir des conseils.
Lorsque les villageois ne comprennent pas les politiques de l'État, ils consultent le pasteur. Dans son église, en utilisant la langue Edé, plus de 3000 croyants l’écoutent respectueusement.

La messe est terminée mais de nombreux croyants sont restés dans l'église pour écouter le discours du Pasteur Y Ky Eban sur la situation dans le village. Il a exhorté les croyants à ne pas sécher les grains de café sur la route du village et les pistes pour éviter de gêner la circulation. Voyant que les croyants s’inquiètent de la fluctuation des prix du café, il a expliqué que c’était le début de la saison d’où des prix instable. Selon la revue « Economic Times », les prix du café du Vietnam a tendance à augmenter, aussi les villageois ne devraient-ils pas s’inquiéter.

A l'église, nous avons aussi rencontré Y Nun KTLA, un jeune protestant Edé. Il nous a invités avec enthousiasme à sa maison pour déguster un café du début de saison. Dans sa maison il y avait une classe de chant religieux pour environ 40 enfants de 5 à 7 ans, organisée par l'Union de la jeunesse de l’Association protestante de la commune d'Ea Tul.

Lorsque Y Nun KTLA a demandé aux enfants: «Que devons-nous faire pour servir Dieu», ils ont répondu à l'unisson: « Servir Dieu est écouter les conseils des enseignants et des parents et ne pas faire de mauvaises choses comme on dit dans la Bible ». Une vie religieuse épanouie règne à Ea Tul, nous en somme repartis convaincus...

En terre bouddhiste dans le Nam Bô occidental

Dans le Nam Bô occidental, les Khmers suivent le bouddhisme Theravada. Nous sommes allés à Trà Vinh les derniers jours de mai. Bien que le soleil était brûlant, des Khmers de toutes les régions affluaient vers la pagode Ang pour assister à la cérémonie Kathina – l’offre d’une robe monastique au moine qui est la plus grande cérémonie des adeptes du bouddhisme Theravada. C’est le jour où les disciples bouddhistes montrent leur dévouement envers la Sangha, en honorant les valeurs traditionnelles du bouddhisme.

Comme beaucoup d'autres bouddhistes, Pha La est allé assister à la cérémonie. Sa maison se trouve dans la commune de Phuong Thanh, district de Cang Long, à environ 30 kilomètres de la pagode Ang. C’est pourquoi Pha La et sa famille ont dû se lever tôt. Il a confié qu'il a été emmené à la cérémonie Kathina quand il était petit garçon. En ce jour, les disciples bouddhistes vont à la pagode pour écouter les enseignements sur le Dharma, les bienfaits des parents et le comportement humain. Son cœur est imprégné de ces enseignements.
 

La plupart des Khmers de la province Trà Vinh pratiquent le bouddhisme Theravada. Photo: Nguyên Luân


Offrandes à Bouddha. Photo: Nguyên Luân


Enfants khmers assistant à la cérémonie Kathina à Trà Vinh. Photo: Nguyên Luân


Un cours de langue khmère pour les moines à Trà Vinh. Photo: Nguyên Luân


Durant la cérémonie Kathina. Photo: Nguyên Luân


Un moine apprend la sculpture sur bois à la pagode Hang. Photo: Nguyên Luân
 
Il y a environ 1,5 million de Khmers vivant dans le delta du Mékong, principalement dans les provinces de Trà Vinh, Soc Trang et Kiên Giang. En mai 2014, le bouddhisme Theravada comptait 454 pagodes et plus de 8.500 moines. La province de Trà Vinh a le plus grand nombre de pagodes : 142 et 3100 moines.

Nous sommes allés dans la ville de Châu Thành où il y a la célèbre pagode de Hang, construite en 1637. Thach Suong, le 23e bonze gérant de la pagode, possède une vaste connaissance des écritures bouddhistes. Il est vertueux et est très respecté par la population locale.

Pour créer un emploi stable aux jeunes de la région et préserver l'artisanat traditionnel, le bonze Thach Suong a créé un atelier de sculpture sur bois au sein même de la pagode. Soixante jeunes Khmers ont été formés pour devenir des artisans. La bonne nouvelle s’est propagée et pas seulement les gens de la région, mais beaucoup de gens d'autres provinces comme Soc Trang, Vinh Long et Cân Tho sont venus y apprendre ce métier.

En plus de la classe de sculpture sur bois, la pagode Hang a également ouvert une classe pour enseigner la langue khmère.

Ces dernières années, grâce aux politiques et aux grands investissements de l'Etat, la vie religieuse ainsi que la vie socioéconomique et culturelle des bouddhistes Khmers de Trà Vinh a beaucoup changé. Une ambiance joyeuse règne partout.

Cette pérégrination du Nord au Sud a montré la réalité objective de la pratique religieuse au Vietnam : ouverte, sans entraves d’aucunes sortes. Jusqu'à présent, l'État vietnamien a officiellement reconnu des dizaines d'organisations religieuses comme le catholicisme, le protestantisme, le bouddhisme, l'islam, l'hindouisme, le brahmaïsme et les religions nationales (caodaïsme, Minh Su, Minh Ly, Buu Son Ky Huong et Tu Hiêu Nghia An). En outre, de nombreux groupes religieux se sont enregistrés auprès des autorités. /.

Une recherche récente sur la diversité religieuse menée par le Centre de recherche Pew (Etat-Unis) a classé le Vietnam comme le troisième plus grand pays du monde en termes de diversité religieuse, juste derrière Singapour et Taiwan.
 
Texte: Thông Thiên, Quynh Anh & Nguyên Oanh - Photos: Viêt Cuong, Tât Son & Nguyên Luân