13/02/2015 14:00 GMT+7 Email Print Like 0

La vénériculture dans le district de Tien Hai

Gagner sa vie grâce à l’élevage de palourdes (vénériculture) est actuellement une tendance dans la commune de Nam Phu (district de Tien Hai, Thai Binh). Ce qui a contribué à l’élargissement de la superficie d’élevage des palourdes en faveur de l’exportation.
Guidés par M. Nguyen Van Lu, ingénieur agricole de la commune de Nam Phu, nous sommes allés à la ferme d’élevage de palourdes de M.Tran Ngoc Canh. Il s’agit d’actuellement de la saison de la récolte donc l’environnement est animé. Les palourdes sont ramassées à pied avec un râteau et transportées dans un autre espace inondé pour être séparées par lavage. Après, elles seront jetées sur l’estran ou vendues aux vénériculteurs du district de Tiên Hai.

La ferme d’élevage de M.Canh, d’une superficie de 10 hectares, est bien équipée. Chaque année, il récolte 30 tonnes de palourdes pour les foyers de Thai Binh et Nam Dinh. Cette ferme a créé de nombreux emplois locaux. Lors de la récolte, il doit embaucher beaucoup de saisonniers.

Selon M. Ngoc Canh, « la vénériculteur selon la méthode artificielle demande un respect des techniques. La densité est généralement de 100 kg/1000 m2 avec 5.000 palourdes pour un kilogramme. Le vénériculteur  doit assurer une bonne température pour la croissance des palourdes, une eau propre, une densité optimale».
 

  Un bon nombre de foyers de la commune de Nam Phu (Tiên Hai, Thai Binh) a investi dans la construction de fermes d’élevage de palourdes.


Elevage d’algues, l’alimentation des palourdes.


Préparation de l’environnement d’élevage des palourdes.


La commune de Nam Phu (Tiên Hai, Thai Binh) a des conditions naturelles favorables à l’élevage des produits aquacoles.


Récolte des palourdes.


Après la récolte, on fait le tri.


Récolte des palourdes de trois mois avant de les semer sur l’estran.


La vénériculture a créé de nombreux emplois.


Palourdes avant d’être semées sur l’estran.


De grands champs d’élevage de palourdes dans le district de Tiên Hai.


De bonnes méthodes et de nouvelles technologies ont été appliquées dans l’aquaculture de la commune de Nam Phu.


Récoltes dans la commune de Nam Phu, Tiên Hai, Thai Binh.

Dans la commune de Nam Phu, on compte actuellement de nombreux foyers qui exercent ce métier. Pour avoir une telle ferme d’élevage, il faut investir environ 5 millions de dôngs ou plus.

La commune connaît le taux de croissance économique le plus élevé de la province de Thai Binh : 14% par an et 5 milliards de dongs versés dans les caisses de l’Etat. On compte dans la commune de Nam Phu une centaine de fermes d’élevage avec un revenu de 300 millions de dongs par an. Outre les fermes, le district est la première localité de la province où existent des sociétés privées qui investissent dans la vénériculture.

Nous avons visité la société Truong Dai. Sur une superficie de 50 ha, la société a réussi l’élevage des palourdes d’une façon professionnelle, et alimente à hauteur de dizaines de tonnes de palourdes les vénériculteurs de Tiên Hai et Nam Dinh.

Cette société dispose d’un laboratoire spécialisé dans la production d’algues pour nourrir les palourdes. Les réservoirs réservés à l’élevage sont supervisé par des experts étrangers. Plus de 100 personnes assurent toutes les étapes de l’élevage.

Le village de la commune de Nam Phu change de jour en jour. Des fermes d’élevage s’étendent le long de la plage. La vénériculture est devenue un point saillant de l’économie du district de Tiên Hai, Thai Binh.

Phan Van Tuê, président de la commune de Nam Phu, confie : « La production totale des six premiers mois de 2014 a atteint 61 milliards de dongs dont 37 milliards pour l’agriculture et l’aquaculture soit 60,6 % de l’économie locale. La superficie de l’élevage aquacole est de 800 ha. On élève principalement crevettes, palourdes, crabes. La commune se concentre dans la construction des infrastructures pour des fermes d’élevage intensif et la production d’aliments pour les élevages »./.
 
Article: Bich Vân – Photos: Viêt Cuong