13/03/2017 15:22 GMT+7 Email Print Like 0

La confection des galettes de riz à Nhon Hoa

Dans le village de Nhon Hoa, aux bords de la rivière Vàm Co Tây, à environ 2 km au Nord-Est du centre-ville de Tan An, province de Long An (Sud), se perpétue depuis des siècles la confection des galettes de riz (« banh trang Nhon Hoa »).

Nhon Hoa a un temps ensoleillé une grande partie de l’année, un climat favorable au séchage des galettes de riz. Les banh trang Nhon Hoa sont préparés selon une méthode traditionnelle, c’est-à-dire sans additifs alimentaires, ce qui leur garantit une bonne saveur, une croûte coriace et flexible.

La matière première est le riz de la variété 504 qui permet au banh trang d’être à la fois sec et odorant. Le village de Nhon Hoa et le premier fournisseur de banh trang pour les provinces méridionales et  Hô Chi Minh-Ville.



Le riz est immergé environ 24 heures dans l’eau de puits du village, puis laissé à décanter les trois nuits suivantes


Etalage de la farine


La confection des galettes de riz de Nhon Hoa emploie de nombreux habitants locaux


Un métier séculaire transmis de génération en génération.


Le métier a été mécanisé, ce qui donne de meilleurs rendements


Tamis pour le séchage des galettes de banh trang


Le séchage des galettes de riz est bien calculé


Si le temps est ensoleillé, le séchage ne dure que 5 minutes


Les banh trang sont coupés en lamelles, faciles à emballer

Ce métier est transmis de génération en génération. Mme Huynh Thi Rang, 56 ans, a pratiqué ce métier une quarantaine d’années. Elle  a hérité de sa grand-mère et de sa mère les secrets du métier. 

En pénétrant à Nhon Hoa, le touriste entend les « tac, tac » que produisent les banh trang séchant au soleil sur des centaines de tamis en bambou, installés des deux côtés des routes du village.
 
« Le riz est immergé environ 24 heures dans l’eau de puits du village, puis on laisse décanter trois nuits. C’est ce qui rend les banh trang coriaces et savoureux. L’étape d’étalage de la farine  nécessite des mains expertes afin que chaque galette ait une forme similaire et soit mince».

Les étapes se succèdent rapidement. La pâte de farine de riz est étalée avec le dos d'une louche sur une étamine disposée au-dessus d'un chaudron d'eau bouillante pour une première cuisson à la vapeur. Les galettes sont ensuite posées sur un tamis pour le séchage. Le temps de séchage est bien calculé, 5 minutes au maximum  par temps ensoleillé. Au-delà, les banh trang risquent d’être craquelés. Vers 5 heures de l’après-midi, on sèche une nouvelle fois les banh trang avant de les emballer.

Depuis   plusieurs années, la confection des banh trang à Nhon Hoa a été mécanisée et le rendement a considérablement augmenté. Chaque foyer peut confectionner chaque jour, 24.000 galettes vendues 520 dongs l’unité. Chaque famille peut gagner 12,5 millions de dongs par mois et employer des dizaines de locaux.

Actuellement, l’administration locale mène des projets visant à la fois à préserver ce métier traditionnel et développer les atouts du village./.

 
Texte : Nguyên Vu Thành Dat – Photos : Thông Hai