22/08/2016 15:05 GMT+7 Email Print Like 0

La cérémonie de prières pour d’abondantes récoltes chez les San Chay

La cérémonie cầu mùa, ou cérémonie de prières pour d’abondantes récoltes, est l’une des fêtes les plus importantes l’année chez l’ethnie minoritaire San Chay. Elle vient d’être reconstituée au village de la Culture et du Tourisme des ethnies vietnamiennes (en banlieue de Hanoi), par des  San Chay venus du hameau de Dong Xien, commune de Yên Lac, district de Phu Luong, province de Thaï Nguyên.

L’ethnie minoritaire San Chay est connue sous d’autres noms : Hon Ban, Cao Lan, San Chi, Man Cao Lan. Ses membres vivent pour la plupart dans les provinces de Thaï Nguyên, Bac Kan, Bac Giang et en petit nombre dans quelques provinces du Nord-Est.

A la journée du rite, les familles préparent chacune un repas dédié au culte, composé de viande de porc et de poulet, de riz gluant, d’œufs, de fruits. Un objet de culte indispensable, ce sont une trentaine de dessins aux motifs anciens, accrochés autour du plateau d’offrandes.



Une femme de l’ethnie San Chay accroche d’anciens dessins lors de la cérémonie de prières pour d’abondantes récoltes


Les offrandes lors de la cérémonie


Le sorcier entame la cérémonie de prières pour d’abondantes récoltes


Des objets utilisés par le sorcier à la cérémonie: morceau de bois tiré d’une plante de la forêt et bol d’alcool


A la fin de la cérémonie, le sorcier fait une consultation divine à pile ou face au moyen de deux sapèques


La danse Tac Xinh


Hommes exécutant des figures lors de la danse Tac Xinh


Des instruments de musique en tiges de bambou  accompagnent la danse Tac Xinh


Les mouvements de la danse Tac Xinh sont inspirés des activités agricoles des San Chay


Des femmes San Chay en costume traditionnel
 
A l’heure faste fixée, après des roulements de tambour, le sorcier du village, en costume rituel, entame la cérémonie par des prières pour un climat favorable, la fertilité pour l’homme, les animaux et les plantes, la paix dans le village, une bonne santé et une vie aisée pour tous. Ses prières, lues dans un ancien livre, sont accompagnées par les  lents roulements d’un tambour.  Puis le sorcier fait une consultation divine à pile ou face au moyen de deux sapèques et lorsque ce rite s’achève, les roulements de tambour s’arrêtent. La cérémonie de prières est alors terminée.

Débute alors la danse Tac Xinh, exécutée par de jeunes hommes et femmes, qui comprend des figures s’inspirant des mouvements du travail aux champs, et ce aux sons d’un tambour de terre et de tiges de bambou de longueurs différentes. Ce tambour de terre fait 20 cm de diamètre. Il est creusé dans la terre et recouvert au dessus d’écorce et d’un fil fait à partir d’une plante de la forêt. Un rameau d’une plante forestière est disposé  sur la caisse du tambour et relié au fil. En frappant le fil, le musicien produit d’étranges sons qui se répercutent dans le sol.

Après la danse, les San Chay chantent ensemble des airs folkloriques, et font un tour du village pour valoriser la solidarité entre villageois. La cérémonie de prières pour d’abondantes récoltes se termine par une repas copieux entre villageois et invités./ .
Texte et photos: Viêt Cuong