11/09/2017 14:25 GMT+7 Email Print Like 0

KAN Club, le rendez-vous des adeptes du nunchaku

A l'origine, le nunchaku était un instrument aratoire qui servait à battre le riz, mais qui fut ensuite développé sur l'île d'Okinawa en tant qu'arme pendant l'occupation japonaise.
Il s’agit d’une arme redoutable. Le nunchaku peut être utilisé pour bloquer ou pour attaquer, il peut être lancé avec une force extrême pour toucher un assaillant à une grande distance et la corde qui maintient les bâtonnets peut s'utiliser pour étrangler l'adversaire.

Lorsque le nunchaku est manipulé, il est impossible pour une tiers personne de le saisir sous peine de se faire très mal. C'est une arme qui peut être utilisée aussi bien à une certaine distance qu'à proximité de l'adversaire.



Maître Duong Xuan Nghiem, fondateur du KAN Club


Le maître Xuan Nghiem exécute une démonstration de nunchaku


Gia Huy, fils du maître Xuan Nghiem, fait une démonstration avec deux nunchakus


Le pratiquant Tuan Anh donne des coups de pied en air en utilisant un nunchaku


La jeune fille Le Thi Minh Hien exécute une leçon individuelle 


Le maître Xuan Nghiem fait une démonstration avec un nunchaku


Lancer des nunchakus, une technique difficile


Le maître Duy Phuong (à droite, chef du KAN Club de Dong Nai) apprend des positions de défense avec un nunchaku

Sa maîtrise est très difficile. La reprise du contrôle après avoir frappé une cible demande beaucoup de dextérité. Pour un Budoka, le maniement d’un ou deux nunchakus de façon simultanée permet d'améliorer ses techniques et bon nombre d'aptitudes (renforcement des avant-bras, précision, vitesse, reflexes, perception,...). Le nunchaku en mousse permet un apprentissage progressif et sans danger.

Le nunchaku fascine ainsi les femmes. «J’ai découvert le KAN Club sur Internet et je m’y suis inscrite il y a deux ans. La pratique du nunchaku me permet de me détendre et de me fortifier», a confié Do Van Tai, 22 ans, du 9earrondissement de Hô Chi Minh-Ville. «Après 6 mois de pratique, j’ai pu maîtriser les exercices fondamentaux», a partagé Le Thi Minh Hien, une pratiquante de 22 ans.

Le  nunchaku  est composé de deux bâtons très courts, reliés par une corde ou une chaîne. La longueur de celle-ci peut varier de quelques centimètres à plusieurs dizaines de centimètres. Pour les nunchakus modernes, la distance entre les deux bâtons  correspond à la largueur d’une main. Cette distance doit être respecté précisément, sous peine de difficultés dans le maniement si elle est trop courte ou trop longue, voire d’engendrer des mouvements dangereux pour le pratiquant. Certains modèles de nunchaku ont leurs bâtons légèrement évasé ou bien comportent un lest à chaque extrémité libre, pour en augmenter l’inertie, au détriment de la vitesse.



Une siorte de nunchaku du Kan Club 


 Une séance d’entraînement du KAN Club à la maison culturelle du quartier Tang Nhon Phu B,
9e arrondissement de Hô Chi Minh-Ville



Une démonstration collective du KAN Club


Un disciple apprend à manipuler un nunchaku. 


Le maître Xuan Nghiem corrige les mouvements d’un de ses élèves.

Le KAN Club initie les pratiquants aux techniques  fondamentales du nunchaku. «Il est difficile pour un pratiquant de manier deux nunchakus, notamment de le lancer. Cela demande un grand savoir-faire», a dit le maître Duong Xuan Nghiem.

Le KAN Club, fondé en 2009 par le maître Duong Xuan Nghiem, comptait à l’origine quelques pratiquants. Ils sont désormais une centaine, avec 4 antennes dans les provinces de Long An, Bac Liêu, Dông Naï et la ville de Da Lat./.

 
Texte: Son Nghia – Photos: Nguyên Luân