25/07/2017 16:03 GMT+7 Email Print Like 0

Jean-Charles Sarrazin, illustrateur de contes pour les enfants vietnamiens

Le peintre français Jean-Charles Sarrazin fut étudiant de l’Ecole des Beaux-Arts industriels du Vietnam de 1987 à 1988. Depuis, il a un amour spécial pour «le pays en forme de S». À l'heure actuelle, il est auteur et illustrateur de BD pour l'École des loisirs, un éditeur français de littérature d'enfance et de jeunesse.
Selon Jean-Charles, «les contes illustrés jouent un rôle important dans la formation du caractère des enfants, car ils stimulent leur curiosité et nourrissent leurs rêves». L’artiste a trois livres traduits et publiés en vietnamien par la Société par actions de la Culture et du Média Nha Nam: «Parce que je t'aime», «La graine de l'amour» et «Qu’est-ce que c’est ?». Ce sont de petites histoires sur l'amour maternel, parfois plein d'esprit lorsqu'elles donnent une explication sur la formation des bébés.


Le peintre Jean-Charles Sarrazin est auteur et illustrateur de l'Ecole des loisirs. En 1987-1988,
il a étudié à l'École des Arts industriels du Vietnam.



Jean-Charles Sarrazin peint le tigre dans son œuvre illustrée inspirée du conte de fées «C’est ici ma sagesse».


Un groupe d'écoliers joue des scènes du conte de fées «C’est ici ma sagesse» en utilisant le français.


De retour au Vietnam, Jean-Charles Sarrazin a prodigué de nombreux conseils sur la bande dessinée aux enfants.


Pendant son séjour au Vietnam, il s’est souvent baladé dans les rues de Hanoi pour dessiner.


Des esquisses vivantes de Jean-Charles Sarrazin.


Les Hanoïens ont été très surpris et ravis de voir les peintures de Jean-Charles Sarrazin sur leur ville.


Le peintre répondant à la presse à l'Institut français du Vietnam.

Ses créations ont été plus ou moins influencées par les arts du Vietnam, comme la sculpture sur bois, la laque, la peinture sur soie.... choses qu'il a apprises pendant ses études au Vietnam. Son dernier livre est inspiré par le conte de fées  «C’est ici ma sagesse», qui raconte l'histoire d’un tigre et d’un buffle. Mais le maître du buffle, au lieu d’être un adulte, est un jeune garçon pour que les enfants puissent mieux s’identifier à lui. A travers le dialogue entre le garçon et le tigre demandant de changer l'esprit de l'homme contre la liberté du buffle, Jean-Charles Sarrazin veut envoyer le message que tout le monde est intelligent à sa façon, il faut juste savoir comment appliquer cette intelligence correctement. Le but de chacune de ses créations est d’aider les enfants à former leur personnalité. Il est heureux que les petits Vietnamiens apprécient ce livre.

En 1987, après une rencontre avec le vice-ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme du Vietnam de l’époque, le poète Cù Huy Cân, Jean-Charles Sarrazin a reçu une bourse du gouvernement français pour étudier au Vietnam. Ce fut la première bourse du gouvernement français pour des étudiants français au Vietnam depuis la fin de la guerre. Jean-Charles n'a pas eu trop de difficultés à apprendre l’art vietnamien qui, selon  lui, a influencé des peintres occidentaux comme Pablo Picasso,  Henri Matisse...

Bien que ses études au Vietnam n’aient duré qu’une année, le peintre a eu l'occasion de rencontrer des artistes célèbres tels que Bùi Xuân Phaï, Buu Chi... En outre, il s’est rendu dans les zones rurales, a visité des temples, assisté à des fêtes pour capturer des scènes. La destination la plus impressionnante pour lui fut Maï Châu (Hoà Binh) avec ses paysages de campagne paisible, ses plats traditionnels, ses ethnies minoritaires et leurs maisons sur pilotis où il a été hébergé.

À l'heure actuelle, Jean-Charles Sarrazin travaille principalement dans la littérature d'enfance et de jeunesse, et ses travaux sont publiés principalement par les éditions de l'Ecole des loisirs et Bayard.
Il a noué des contacts avec Nguyên Thu, ancien recteur de l'Université des Beaux-Arts du Vietnam, en vue de développer un programme de coopération entre les universités de Paris et de Hanoi.

Parlant de ses sentiments 30 ans après son départ du Vietnam, Jean-Charles a souligné que «la vie a bien changé, la qualité de vie des gens s’est grandement améliorée, mais les Vietnamiens n’ont pas changé. Ce pays et ses habitants m’ont beaucoup apporté, et je tiens ici à les en remercier»./.











Quelques peintures de personnages de Jean-Charles Sarrazin exposées au Centre culturel français de Hanoi.

\












Des croquis de Jean-Charles Sarrazin sur les activités des Hanoïens dans les années 1987 - 1988,
où il étudiait à l’Université des Beaux-Arts industriels.









Photos en noir et blanc des tramways des années 1980 à Hanoi, prises par Jean-Charles Sarrazin.


Une photo de Jean-Charles Sarrazin prise au cours du Nouvel an lunaire 1988 à Hanoi.


Les cyclo-pousses de Hanoi apparaissent aussi dans ses croquis et photos.

Texte: Ngân Hà- Photos : Công Dat