26/05/2015 09:14 GMT+7 Email Print Like 0

Colloque sur la Mer Orientale à Washington

Le Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS) à Washington a organisé un colloque sur la Mer Orientale avec la participation de spécialistes venus d'universités et d'instituts de recherche américains.


Intitulé "The Convergence of Marine Science and Geopolitics in the South China Sea" (La convergence des sciences maritimes et de la géopolitique en mer de Chine méridionale/Mer Orientale), ce colloque a abordé des questions liées aux conditions naturelles de cette région, la situation et les derniers événements ainsi que leurs influences.


Le professeur John McManus, directeur du Centre national pour les recherches sur les récifs de corail à l'Université de Miami, s'est déclaré préoccupé devant les informations selon lesquelles la Chine mènent des constructions de grande envergure en Mer Orientale. Selon lui, ces constructions auront de graves conséquences sur l'environnement marin de l'archipel de Truong Sa (Spratly), détruiront les récifs et des espèces marines. En outre, la pêche irraisonnée en Mer Orientale est alarmante. L'envoi par la Chine de grands navires pour pêcher durant de longues périodes est également préoccupant. Le professeur John McManus a proposé l'idée de construire un parc de paix marine (Marine Peace Park) dans l'archipel de Truong Sa pour demander aux parties de maintenir le statu quo. Il est en outre nécessaire que les négociations sur le Code de conduite en Mer Orientale abordent le contrôle des effets nuisibles à l'environnement.


Selon James Borton, ancien correspondant du "Washington Times" et auteur du livre "The South China Sea: Challenges and Promises", la Mer Orientale connaît actuellement une escalade en raison de différends de souveraineté et la Chine intimide de plus en plus ses voisins plus petits et plus faibles en matière militaire. La multiplication des conflits entre la Chine et des voisins en Mer Orientale pourrait causer une catastrophe pour l'environnement et la liberté de navigation maritime, affecter la pêche et menacer les écosystèmes marins. James Borton a indiqué que bien que la Chine affirme que ses projets de construction en Mer Orientale ne nuisent pas à l'environnement, les preuves recueillies montrent des résultats contraires. Le spécialiste américain a affirmé que les constructions chinoises en Mer orientale violaient la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982. La pêche industrielle de la Chine dégrade également l'environnement naturel, notamment son envoi d'une flotte de 30 bateaux dans l'archipel de Truong Sa en 2012, dont un navire de 3.000 tonnes. James Borton a proposé de créer un comité multilatéral avec la participation et le soutien de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN). Ce qui importe, selon lui, c'est que les pays concernés fassent preuve de retenue, règlent les différends de façon pacifique et sur la base du respect du droit international. -VNA/VI
Articles Déjà publiés