09/09/2017 10:01 GMT+7 Email Print Like 0

Chirurgie percutanée contre les gros calculs rénaux

 La technique de néphrolithotomie percutanée (NLPC) par ultrason fait disparaître entièrement les calculs en diminuant les risques et complications pour le patient. Une méthode bien meilleure que la chirurgie ouverte ou néphrectomie partielle pour éliminer les gros calculs rénaux. 


La lithiase rénale connaît une augmentation au Vietnam à cause de la consommation d’eau à forte teneur en calcium, de mets trop salés, trop riches en protéines, ou trop pauvres en eau… Sans traitement à temps, cette maladie provoque des complications graves pouvant aller jusqu’à l’insuffisance rénale. 

Une intervention bien moins lourde 

Après que sa lithiase rénale a été diagnostiquée, Nguyên Van Thuy, 47 ans, domicilié dans le district de Hon Gai, province de Quang Ninh (Nord), a essayé de nombreux soins. Il a notamment consommé des herbes médicinales vietnamiennes (thuôc nam). Toutefois, sa maladie n’a pas reculé. Au contraire, les calculs ont grossi, le plus gros atteignant 3,8cm de diamètre, faisant planer la menace d’une hydronéphrose et d’une infection urinaire. Comme il était situé au milieu du rein, la chirurgie aurait été difficile, avec le risque très probable de devoir peut-être retirer un morceau de rein, voire la totalité.   

Le choix du patient s’est alors dirigé vers l’Hôpital international Vinmec Times City. Les médecins ont informé Thuy de la méthode de la NLPC. Le patient a compris qu’il pourrait bénéficier d’une technique très avancée dans le traitement de sa lithiase rénale avec un gros calcul, qui lui permettra d’éviter la chirurgie classique et de préserver son rein intact. 

Le docteur et agrégé Hoàng Tho du Département de chirurgie urologique de l’Hôpital international Vinmec Times City et son collègue, le docteur Nguyên Van Phân, ont opéré M. Thuy. Après anesthésie générale (mais cette intervention peut être réalisée sous anesthésie régionale si le patient le désire), ils ont fragmenté et enlevé les calculs une seule fois. Après deux heures, trois calculs ont été éliminés. 

«Les gros calculs sont normalement enlevés en espaçant l’intervention de quatre à cinq jours. Toutefois, nous avons réussi en une seule fois grâce à la bonne collaboration entre chirurgien, diagnostiqueur et anesthésiologiste, a souligné le docteur Tho. Cela a permis au patient d’économiser de l’argent, de retrouver rapidement un état stable, de réduire le temps d’hospitalisation et de limiter le risque de complications, notamment celui d’atrophie du rein comme ce peut être le cas en cas d’intervention chirurgicale classique».   

Malgré l’importance de ces calculs, l’opération chirurgicale s’est bien déroulée. Un jour après l’intervention, le patient se trouvait dans un état stable. Il a pu se déplacer et s’alimenter immédiatement après la sortie de la salle de réveil, et rentrer chez lui au 3e jour post opératoire. Pour prévenir tout risque de récidive, le docteur Tho et les spécialistes en nutrition lui ont conseillé de changer ses habitudes alimentaires avec un régime spécial mais simple et de l'activité physique quotidienne. 

La NLPC est une technique de pointe, pratiquée seulement dans quelques centres de chirurgie au Vietnam. Depuis mai 2017, l’Hôpital international Vinmec Times City a traité plus de 15 cas, avec 100% de taux de réussite. 

Quelques informations complémentaires 

La lithiase rénale est une maladie caractérisée par la formation de calculs, accrétions de minéraux dissous dans l'urine et qui se forment dans les reins ou les uretères. Leur taille est très variable, allant de quelques millimètres à plusieurs centimètres de diamètre. 

Les symptômes dépendent du siège des calculs et de leur retentissement sur le rein. La lithiase peut n'occasionner aucune gêne et être découverte au cours d'un examen radiologique. Elle peut entraîner des douleurs lombaires, dont la plus sévère est la crise de colique néphrétique excessivement douloureuse et entraîne l’admission en urgence dans un centre de soins. Elle peut aussi entraîner des douleurs moins typiques, du flanc, sous-ombilicales, testiculaires, et même de simples brûlures pendant les mictions. Parfois, la lithiase se manifeste par une hématurie isolée (présence de sang dans l'urine). 

Les complications sont plutôt rares si les calculs sont bien soignés. Cependant, il peut arriver qu’en plus d’une obstruction d’un uretère par un calcul, une infection urinaire s’installe. En outre, il peut aussi réduire les fonctions du rein et provoquer de l’hydronéphrose et de l’insuffisance rénale. 

La lithiase rénale est une maladie très fréquente, avec une prévalence qui augmente chez les personnes âgées. Les risques pour la santé associés aux calculs rénaux sont importants. Aussi, est-il nécessaire de faire des examens de santé réguliers. S’il y a des risques, il est très important d’être suivi adéquatement par les médecins. -CVN/VNA /VI

 

Articles Déjà publiés