09/09/2017 11:27 GMT+7 Email Print Like 0

Chen Kieu, la pagode qui témoigne de la solidarité des Khmers

La pagode Sa Lon, dans la commune de Dai Tam, district de My Xuyen, à environ 12 km de la ville de Soc Trang (province de Soc Trang) (Sud), surprend les touristes par ses  murs intérieur et extérieur couverts de porcelaines. C’est la source de son autre nom: Chen Kieu. Cette pagode est un site touristique incontournable à Soc Trang, et un symbole de la solidarité entre les Khmers locaux.
 
Selon Trinh Tien, membre du comité de gestion de la pagode, celle-ci a été construite au début du 19e siècle.  En 1969, le sanctuaire principal, les cellules des bonzes, les murs, les colonnes ont été embellis avec des céramiques de couleurs vives. Lors de la construction, le  bonze chargé de la gestion de la pagode a appelé les Khmers vivant à proximité de la pagode d’apporter des tasses, des assiettes, des vases en porcelaine ou des faïences, entières ou cassées, pour remplacer les briques. L’appel fut entendu.
 

La pagode de Sa Lon, largement connue sous le nom de « Chen Kieu », se trouve à environ 12 km de la ville
de Soc Trang,  commune de Dai Tam, district de My Xuyen, province de Soc Trang.



Façade d’un mur du sanctuaire principal  revêtue de bols et d’assiettes de toutes couleurs.


La toiture de la pagode a la forme d’un triangle


Le sanctuaire principal, couvert de bols,  d’assiettes en céramique et de briques émaillées, se détache
sur un fond de couleurs vives.



Les assiettes confèrent une harmonie à ce lieu culturel.


Quarante années sont passées, mais la couleur d’origine des briques émaillées et des porcelaines reste intacte.


Le sanctuaire principal est soutenu à l’intérieur par 16 grandes colonnes, sur deux rangs.


Des objets précieux de Tran Trinh Huy, surnommé « prince de Bac Lieu », sont conservés dans la pagode.

Ce sont les murs extérieurs du sanctuaire principal qui sont le plus recouverts de porcelaines. D’autres éléments tels escaliers, murets de briques entourant le sanctuaire sont aussi couverts de porcelaines aux superbes  motifs  décoratifs. De même que le plafond des cellules des bonzes et d’autres constructions.

Bien que 40 années soient passées, la couleur vive des briques émaillées et des porcelaines du sanctuaire principal reste intacte.

La pagode vénère 20 statues de Bouddha Shakyamuni. Des fresques  relatent sa vie jusqu’à son entrée au nirvana. Le jardin derrière de la pagode abrite nombre de statues de BouddhaShakyamuni, relatant différentes périodes de sa vie: naissance, recherche de la vérité, Eveil et entrée au nirvana.



De petites statues de Bouddha sont vénérées dans les cellules des bonzes.


Des vases de porcelaine et de faïence servent ainsi de décoration sur les murets entourant le sanctuaire principal.


Un mur incrusté de porcelaines de différentes formes.


Des assiettes ornent la charpente de la pagode.


Des bols sur les murets entourant le sanctuaire principal.


Des statues représentant des mascottes dans la cour de la pagode.


Partie d’un mur du sanctuaire principal couvert de bols, d’assiettes et de fragments de faïence.


Un mur couvert de porcelaines.


L’escalier est aussi revêtu de céramiques


Des fragments  de porcelaine et de faïence très colorés


Un mur revêtu de porcelaines qui forment des motifs de décoration en forme de fleurs ou d’animaux légendaires.
 
Le touriste peut contempler des objets de Tran Cong Trinh, surnommé « prince de Bac Lieu », un personnage réputé autrefois à l’Ouest du Nam Bô, dont un buffet et deux lits incrustés de nacre, une paire de canapés en bois.

Outres les fidèles khmers, la pagode Chen Kieu attire un grand nombre de pèlerins et de touristes./.


Texte: Son Nghia – Photos: Nguyên Luân