08/03/2017 10:04 GMT+7 Email Print Like 0

18 trésors nationaux exposés au Musée National d'Histoire

Une exposition spéciale s’est ouverte récemment au Musée National d'Histoire, à  Hanoi, intitulée «Les trésors nationaux du Vietnam». Dix-huit trésors se trouvent exposés dans le hall principal, mis en valeur avec une technologie d'éclairage moderne 3D appliquée pour la première fois. A ne pas manquer !
Les visiteurs peuvent y admirer, jusqu'à fin mai, des objets inestimables de la culture de Dông Son (il y a plus de 2.000 ans), de la civilisation du Dai Viêt et des dynasties féodales vietnamiennes jusqu'à la fondation de la République démocratique du Vietnam en 1945.

Des tableaux, des courts-métrages leur permettront aussi de mieux comprendre l’origine et la portée de ces trésors inestimables./. 


Ces 18 trésors nationaux conservés au Musée national d'Histoire sont exposés pour la première fois.
Photo: Viêt Cuong.



Le vice-ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme, Lê Khanh Haï, et des délégués visitant l'exposition.
Photo: Viêt Cuong.



Visiteur admirant le sceau «Môn ha sanh». Photo: Công Dat.


Touriste étranger prenant un sceau en photo. Photo: Công Dat.
 


Le tambour Hoàng Ha, l'un des plus beaux de la culture dôngsonienne. En 1937, il a été découvert
lors du creusage d’un canal dans le village de Hoàng Ha, district de Phu Xuyên (Hanoi).
Il est décoré de 16 rayons solaires, avec des motifs de plumes de paon, de scènes de navigation,
d’exécution des prisonniers... Comme les tambours de bronze de Ngoc Lu, Sông Dà, Cô Loa,
celui de Hoàng Ha reflète la vie matérielle et spirituelle du peuple de Dông Son, et représente
le summum de l’art de la fonte du bronze à la première période de l’édification de la nation.
Photo: Công Dat.



La jarre Dào Thinh, relevant de la culture dôngsonienne, il y a environ  2.000 à 2.500 ans,
a été reconnue trésor national en 2012. Parmi les centaines de jarres découvertes,
celle de Dào Thinh est la plus grande, et ses motifs de décoration sont les plus
riches,les plus raffinés. Photo: Công Dat.



Le couvercle de la jarre est attaché avec quatre blocs symétriques de couples accouplés, un type de statue
trouvé uniquement dans l'art dôngsonien. L'organe sexuel du mâle est exagéré par rapport à sa taille corporelle,
reflétant ainsi la croyance de fertilité des peuples pratiquant la riziculture aquatique. Le fait que le mâle
porte un poignard au moment du rapport sexuel montre que le peuple considérait les conflits sociaux,
puis les guerres comme condition préalable à l'apparition des chefs militaires, base de l'émergence
de l'Etat initial du Van Lang-Âu Co. Photo: Công Dat.



Motifs teintés par le temps sur la jarre en bronze Dào Thinh. Photo: Công Dat


Le sceau en or «Sac mênh chi bao» pèse 8,3 kg. Il a été moulé en 1827 sous le règne du roi Minh Mang. Sa poignée est
en forme de dragon et sa face est frappée des quatre mots «Sac mênh chi bao» en relief. Le sceau a été
utilisé pour la promotion des fonctionnaires civils et militaires. Il s'agit d’un objet unique,
symbolisant la puissance de la dynastie des Nguyên. Photo: Công Dat.



Cette lampe en forme de personne agenouillée appartient à la culture dôngsonienne, il y a quelque 2.000
à 2.500 ans. Elle représente un homme qui ne porte qu'un pagne, en position agenouillée, les deux mains
soulevant le disque de la lampe. La statue montre un visage rond, de grands yeux ouverts et
une bouche souriante. Les cuisses et le dos sont peints avec quatre instrumentistes musicaux
aussi en position agenouillée, dont deux soufflent dans des flûtes. Il porte des bijoux sur les bras
et les poignets, et de grandes boucles d'oreilles rondes. La lampe est la seule de l’exposition.
Elle représente l'art antique à la fin de la culture dôngsonienne, caractérisé par
des échanges avec la culture Han (chinoise). Photo: Công Dat.



Ce tumulus en forme de bateau Viêt Khê, de la culture dôngsonienne, a été trouvé presque intact avec de
nombreux objets d'accompagnement rares et précieux. C'est un cercueil fait d'un tronc d'arbre,
également appelé "mô thuyên" (bateau-tumulus). Il contient 109 objets,en grande partie
des armes, des instruments de musique, des outils de travail et des instruments
de la vie quotidienne en bronze. Ce bateau-tumulus a été reconnu
trésor national en 2013. Photo: Archives.



La stèle Vo Canh, la plus ancienne stèle en Asie du Sud-Est, est un bloc de pierre vertical en forme
de tube gravée sur trois côtés avec des lettres sanskrites anciennes révélant beaucoup
d'informations précieuses sur l'histoire du Champa. C'est la stèle la plus ancienne
du royaume du Champa. Photo: Viêt Cuong.



La cloche de la pagode Vân Ban est la plus ancienne et la plus grande cloche de la civilisation du Daï Viêt
(13-14 siècles), sous la dynastie des Trân). Le corps de la cloche est gravé de caractères chinois racontant
les mérites dans le défrichement des forêts pour la construction de la pagode Vân Ban.
La cloche constitue une source précieuse d’informations sur l'histoire du bouddhisme vietnamien,
sous la dynastie des Trân en particulier. Photo: Công Dat.



«Môn ha sanh ân» est un sceau de bronze moulé pendant la dynastie des Trân, la cinquième année du règne de
Long Khanh (1377). Il a été découvert en 1962 dans la commune de Huong Giang (district de Huong Khê,
province de Hà Tinh). «Sanh Môn ha» était l'un des plus hauts bureaux administratifs de la dynastie des Trân,
établi par le roi Trân Minh Tông. Ce bureau avait comme tâche de garder les sceaux royaux, de passer
les ordres du roi aux mandarins, de recevoir des rapports soumis au roi et de présider les cérémonies royales.
Les postes de ce bureau étaient occupés par des mandarins de rang élevé. «Môn ha sanh ân»
a été utilisé pour tamponner d'importants documents administratifs royaux, au temps du roi Trân
Phê Dê (1377-1388). Photo: Công Dat.



Un sceau en or du Daï Viêt moulé en 1709 sous le règne du Seigneur Nguyên Phuc Chu (1691-1725).
Lorsque Gia Long est monté sur le trône, il a été choisi comme trésor pour la succession du trône. Photo: Công Dat.



Un vase à motifs de cygnes du début de la dynastie des Lê (15e siècle), trouvé dans une épave au large de l’île
de Cù Lao Chàm, Hôï An (province de Quang Nam). Ses motifs sont divisés en 7 bandes couvrant le vase entier
de haut en bas. La bande qui couvre le plus grand espace au milieu du vase est peinte avec quatre cygnes,
l'un vole avec les ailes entièrement étirées, un autre tend le cou en criant, le troisième dort avec sa tête
enfouie sous ses ailes et le dernier est à la recherche de nourriture. Tout cela transmet les aspirations du peuple
pour la promotion, l'avenir brillant et une vie prospère. Le début de la dynastie des Lê a
été une période de développement de l'art de la poterie. Photo: Công Dat



Ce tambour de bronze de Canh Thinh a été coulé en 1800, pendant le règne des Tây Son. On y voit
les quatre animaux sacrés (dragon, licorne, tortue et phénix), symbolisant un pays
en paix et prospère. Photo: Công Dat.



Motifs anciens gravés sur le tambour de bronze Canh Thinh. Photo: Công Dat.


La collection de poèmes "Nhat ky trong tu" (Carnet de Prison) est exposée sous forme de photographies
de toutes les pages et versions traduites. Photo: Công Dat.



 «Duong Kach Mênh» est la collection de conférences données par Nguyên Ai Quôc lors de ses activités
révolutionnaires à Guangzhou (Chine) de 1925 à 1927, publiées par le ministère de la Propagande
de l'Union des nations opprimées orientales, et renvoyées clandestinement au pays.
Ceci est considéré comme le premier document politique théorique du Parti.
Il a jeté les bases idéologiques de la Révolution vietnamienne. Photo: Công Dat.
 
Réalisé par Công Dat – Viêt Cuong